Skip to main content

AXA mise sur des solutions LPP semi-autonomes

Communiqué de presse   •   avr 10, 2018 07:00 CEST

Image: AXA

Le principal assureur des PME suisses se concentrera à l’avenir exclusivement sur les solutions semi-autonomes et cessera de proposer l’assurance complète, dont l’attrait ne cesse de diminuer. Alors que les entreprises et leurs salariés bénéficieront de meilleures conditions, l’équité intergénérationnelle dans le 2e pilier sera simultanément renforcée.

Une conférence de presse a lieu à 10 heures.

Ces dernières années, le faible niveau persistant des taux d’intérêt, une redistribution croissante au détriment des actifs et un carcan réglementaire qui enserre les placements n’ont cessé de détériorer le rapport prix-prestations de l’assurance complète pour les entreprises et leurs salariés. C’est pourquoi de plus en plus d’entreprises ont opté ces dernières années pour une offre de prévoyance semi-autonome. De plus, les assureurs-vie ne proposent plus de polices d’assurance complète que sur une base sélective dans toute la branche.

AXA et les Conseils de fondation compétents ont donc décidé de ne plus proposer de polices d’assurance complète et de transformer, dès le début de 2019, les fondations d’assurance complète actuelles en fondations semi-autonomes.

«Avec cette modification des conditions-cadres, les solutions semi-autonomes sont plus souples, plus équitables et plus attrayantes pour nos clients. La réorientation nous permettra de croître à nouveau dans le domaine de la prévoyance professionnelle et de rester un partenaire solide pour les PME suisses», a affirmé Fabrizio Petrillo, CEO d’AXA Suisse.

Meilleures opportunités de rendement, baisse de 30% de la prime de risque

Étant soumises à des prescriptions réglementaires moins restrictives, les fondations semi-autonomes sont mieux à même de dégager des rendements plus intéressants sur le capital d’épargne disponible, dans l’intérêt des assurés. Les redistributions contraires à l’esprit du système, qu’elles soient intergénérationnelles ou qu’elles concernent des transferts du régime surobligatoire vers le régime obligatoire, pourront ainsi être freinées.

Cela a des répercussions positives sur les conditions pour les entreprises et leurs salariés: à partir de 2019, les clients des nouvelles fondations semi-autonomes d’AXA paieront en moyenne des primes de risque de 30% plus faibles qu’aujourd’hui. Quant au taux de conversion dans le régime surobligatoire, il pourra être plus facilement stabilisé que dans l’assurance complète, dans laquelle des réductions supplémentaires auraient été inévitables. De plus, il sera à nouveau possible de proposer une rémunération adéquate de l’avoir surobligatoire, ce qui n’était plus le cas dans l’assurance complète.

Fabrizio Petrillo a ajouté: «Les solutions semi-autonomes offrent des perspectives de rentes de vieillesse plus élevées, pour un prix plus avantageux. Les assurés bénéficient ainsi d’une sécurité accrue à long terme, dans la perspective de leur retraite.»

Solide excédent de couverture

Le moment d’effectuer un changement est idéal, car d’importantes réserves d’évaluation, d’un montant d’environ 3,5 milliards de francs, sont actuellement encore contenues dans le capital lié de l’assurance complète (calcul au 31 décembre 2017). Il s’agit de fonds qu’AXA peut transférer aux nouvelles fondations semi-autonomes au titre de réserves supplémentaires. Au total, des placements d’une valeur d’environ 31 milliards de francs sont transférés aux fondations, ce qui correspond actuellement, avec un taux d’intérêt technique de 2%, à un solide degré de couverture de près de 111%. Thomas Gerber, responsable Prévoyance chez AXA Suisse, a déclaré: «Les fondations disposeront ainsi d’un solide capital de départ pour leur avenir placé sous le signe de la semi-autonomie.»

Les risques de décès et d’invalidité restent assurés auprès d’AXA, tandis que le risque de placement est transféré aux fondations. AXA continue à gérer les placements. En tant que gestionnaire d’actifs de réputation internationale, AXA offre les meilleures conditions pour que l’épargne soit placée de manière sûre et rémunérée de façon adéquate.

Rien ne change pour les bénéficiaires actuels de rentes de vieillesse

Les personnes percevant une rente de vieillesse fin 2018 restent dans le portefeuille d’AXA à des conditions inchangées, de sorte que les nouvelles fondations semi-autonomes n’encourent au départ aucun risque de provisionnement ultérieur pour les prestations de vieillesse en cours. Cette structure d’âge avantageuse permettra également aux fondations de proposer des conditions attrayantes aux nouveaux assurés.

Le passage à une solution semi-autonome décidé par AXA et les Conseils de fondation compétents a lieu en concertation avec l’Autorité de surveillance LPP et des fondations du canton de Zurich (BVS). L’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) a veillé au respect des exigences réglementaires en matière de surveillance des assurances.

Davantage de possibilités de croissance

En procédant à cette réorientation, AXA voit son volume des primes diminuer puisque les cotisations d’épargne des plus de 260 000 assurés de l’assurance complète seront à l’avenir comptabilisées au sein des fondations semi-autonomes concernées. En conséquence, le volume des primes issu de l’assurance complète se réduira d’environ 5,5 milliards de francs et le bénéfice annuel affichera un recul d’environ 30 millions de francs (selon les normes IFRS). Le passage à la semi-autonomie se traduit en outre par un amortissement unique de près de 400 millions de francs, qui pèsera sur le résultat du premier semestre 2018 (selon les normes IFRS). Dans le même temps, la réorientation libérera près de 2,5 milliards de francs de capital-risque.

Fabrizio Petrillo a ajouté: «La réorientation nous permet de relâcher à nouveau la pédale de frein dans les affaires LPP et de proposer des solutions de prévoyance plus attrayantes aux PME suisses. Nous avons pour objectif d’accepter de nouveau davantage de nouveaux clients dans les affaires du deuxième pilier.»

Avec plus de 40 000 clients LPP et plus de 400 000 assurés, AXA reste un prestataire leader dans le deuxième pilier et sera dès 2019 le numéro un sur le marché semi-autonome.

Remarque à l’attention des rédactions:

Conférence de presse

Une conférence de presse a lieu à 10 heures à l’hôtel Park Hyatt, Beethovenstrasse 21, 8002 Zurich (Ballsaal), avec Fabrizio Petrillo, CEO d’AXA Suisse et Thomas Gerber, responsable Prévoyance d’AXA Suisse. La présentation sera suivie d’une séance de questions-réponses. Les journalistes qui ne peuvent pas se rendre sur place ont la possibilité de suivre la conférence par téléphone. Pour cela, il suffit de composer le +41 58 262 07 11 (code d'accès 232882) 10 minutes avant le début de la conférence. La présentation sera disponible dès 9:45 heures sur le site www.axa.ch/medias. La conférence de presse aura lieu en allemand.

Contexte


Assurance complète: l’écart entre les engagements de rentes et les produits des placements ne cesse de se creuser

La décision d’AXA et des Conseils de fondation compétents de miser à l’avenir sur les solutions semi-autonomes est la conséquence d’un écart grandissant dans la prévoyance professionnelle: d’une part, les gens vivent de plus en plus longtemps, ce qui se traduit par des engagements de rentes de plus en plus longs. D’autre part, le bas niveau des taux d’intérêt et les prescriptions réglementaires réduisent les rendements qui seraient nécessaires pour financer ces prestations de rentes. Cela fait longtemps que les adaptations correspondantes des exigences légales dans le régime obligatoire selon la LPP ne sont plus envisageables d’un point de vue politique. Il en résulte une redistribution contraire à l’esprit du système de plus en plus marquée.

Les perdants sont les cotisants actifs: les taux d’intérêt dans le régime surobligatoire sont maintenus à un bas niveau afin de pouvoir remplir les engagements élevés dans le régime obligatoire. De plus, les actifs doivent renoncer à une part importante du rendement de leur capital d’épargne et payer des primes de risque trop élevées afin que les rentes des retraités soient garanties en dépit du produit des placements trop faible. Ces redistributions ont sensiblement augmenté au cours des dernières années: rien que chez AXA, elles sont passées au total à plus de 3,4 milliards de francs* entre 2012 et 2017.

Ce déséquilibre a des répercussions particulièrement importantes dans l’assurance complète qui, contrairement à d’autres solutions LPP, supporte le risque de placement en plus des risques de décès et d’invalidité. Les assureurs-vie qui proposent l’assurance complète doivent couvrir en permanence les engagements de rentes avec leurs capitaux, y compris la rémunération minimale, et doter les placements correspondants d’un capital-risque supplémentaire. Un tel carcan nécessite une stratégie de placement prudente. Aussi les opportunités de rendement sont-elles nettement plus faibles que dans les caisses de pension ou les fondations collectives semi-autonomes. Il en résulte un besoin de redistribution encore plus grand. Pour les assureurs-vie, le bas niveau des taux d’intérêt signifie en outre un plus grand risque de pertes, ce qui entraîne des exigences encore plus strictes en matière de capital et, par conséquent, des primes plus élevées.

Dans de telles conditions, les clients de l’assurance complète paient un prix toujours plus élevé pour des prestations de plus en plus restreintes.

* Pertes liées au taux de conversion pour l’année en cours et provisions techniques pour les bénéficiaires de rentes de vieillesse

A propos d’AXA

Quelque deux millions de clients font confiance à AXA en Suisse. Ils comptent sur son expérience et son expertise en matière de conseil dans les domaines de l’assurance de personnes, de choses, de la responsabilité civile, de l’assurance-vie ainsi que dans le domaine de la prévoyance santé et de la prévoyance professionnelle. L’assureur n° 1 en Suisse est une société dynamique à la vision ambitieuse: créer un monde de libertés pour ses clients en leur offrant davantage que la sécurité financière et leur permettre ainsi de vivre en toute sérénité, grâce à des processus simples, disponibles en ligne, ainsi qu’à des produits et à des services innovants dans les aspects importants de la vie, tels que la mobilité, le logement ou l’entrepreneuriat. A cet effet, quelque 4000 collaborateurs et 2500 collègues des 276 agences et agences générales s’engagent quotidiennement. AXA Suisse appartient au Groupe AXA et a réalisé en 2017 un volume d’affaires de 10,9 milliards CHF.

Pièces jointes

Document PDF