Passer au contenu
Première exposition d’envergure sur Marie de Gueldre et son remarquable livre de prières au Musée du Valkhof, 13 oct 2018 – 6 jan 2019

Communiqué de presse -

Première exposition d’envergure sur Marie de Gueldre et son remarquable livre de prières au Musée du Valkhof, 13 oct 2018 – 6 jan 2019

Cette première grande exposition sur Marie de Gueldre est basée sur de nouvelles recherches multidisciplinaires sur la vie de cette princesse médiévale, presque moderne et pleine d’une belle assurance. En raison de nombreux parallèles, elle peut être considérée comme la reine Maxima du 15e siècle. Les visiteurs suivent le parcours de son existence grâce à plus de 100 objets d’art, parmi lesquels figurent des pièces extraordinaires issues de collections internationales, auparavant jamais exposées aux Pays-Bas. Le point d’orgue de l’exposition est la sélection de 40 pages, spécialement restaurés pour l’exposition, extraits de son livre de prières considérable, un des plus grands trésors du Moyen-Age des Pays-Bas. En raison de sa fragilité, le livre n’a pas été exposé depuis des années et du fait que le livre sera relié après l’exposition, les pages ne seront plus montrés avec une telle ampleur. Outre des miniatures et des écrits seront également exposés des tableaux, étoffes, bijoux, sculptures, des panneaux vitraux et des statues de saints. Le Musée du Valkhof sera le seul lieu où l’on pourra visiter l’exposition.

Une vie comme fil conducteur

La princesse d’origine française Marie d’Harcourt (1380-ap.1427) passa ses années de formation à la cour de Valentina Visconti, l’épouse du duc Louis d’Orléans. Elle y découvrit la splendeur de la cour, mais aussi ses aspects les plus sombres, d’intrigues et de diffamation. En 1405, Marie d’Harcourt désormais instruite épousa Reinald IV, duc de Gueldre et Gulik. Dans cette région entre Zwolle et Aix-la-Chapelle, Gorinchem et Bonn, les arts foisonnaient et là résidait le foyer des développements révélant toute son importance au 15e siècle : des peintres comme Jean Malouel et les frères de Limbourg sont originaires de cette région, et Cologne fait partie avec Paris des centres les plus importants pour l’artisanat d’art. Dans ce contexte est apparu le livre de prières. L’exposition suit la vie de Marie de Gueldre à l’aide de quelques moments-clés. Ce qui est remarquable, c’est que plusieurs magnifiques objets d’art présentés ont un lien direct avec son existence : outre le livre de prières, clou incontesté de l’exposition, sont présentés une statue polychromée de la vierge Marie (circa 1380) de Renkum, deux statues du portail de St Pierre et un grand panneau du rétable des Clarisses de la cathédrale de Cologne (jamais exposés en dehors de Cologne) et trois habits liturgiques précieux, ainsi que des fenêtres en vitraux de l’abbaye d’Altenberg, l’église tombale du duc de Berg.

Un livre de prières exceptionnel

Avec plus de 1200 pages, le livre de prières de Marie de Gueldre est exceptionnel, par son ampleur et sa composition. Outre le calendrier illustré, figure une centaine de miniatures et de nombreuses petites drôleries dans la marge. Les textes eux-mêmes - des prières très personnelles, certaines écrites spécialement pour elle, mais aussi des prières de tradition européenne, souvent adaptées pour ce recueil – témoignent d’une grande connaissance en littérature et d’une culture religieuse. L’enluminure est aussi exceptionnelle, aussi bien sur le plan stylistique qu’iconographique. On retrouve les influences des grands centres internationaux de l’enluminure - Utrecht, Cologne, Paris - qui fusionnent en un propre langage imagé. Les illustrations semblent influencées par le travail des frères de Limbourg, qui ont visité Nimègue à l’époque où les écrits de Marie ont été enluminés.

Une primeur unique et internationale

Le livre de prières de Marie de Gueldre est conservé depuis le 17e siècle dans la Bibliothèque Nationale à Berlin et depuis 40 ans détaché de la reliure. Exceptionnellement au cours des dernières décennies, certains feuillets ont été présentés. Après 2005, le livre est resté sous les verrous : le parchemin trop endommagé, le manuscrit est trop fragile pour être exposé, ce qui a pour conséquence que ce trésor soit inconnu du grand public. Cette exposition permet un changement et le Musée du Valkhof - 10 ans après l’exposition réussie sur les frères de Limbourg – obtient la primeur unique et internationale de présenter une sélection de 40 pages qui ainsi réunis donnent une bonne idée de la richesse inédite de ce document hautement personnel. Cette sélection sera présentée en deux lots de 20 pages, qui seront remplacés en milieu d’exposition.

Des recherches multidisciplinaires et la restauration

A la base de cette exposition, ce sont des recherches approfondies dans les domaines techniques et de l’histoire de l’art exécutées par une équipe multidisciplinaire de dix chercheurs sous la direction du Professeur Johan Oosterman, Professeur en littérature néerlandais médiévale à la Faculté de Lettres de l’Université Radboud et commissaire de cette exposition. Les recherches techniques, en collaboration avec les restaurateurs de la Bibliothèque Nationale de Berlin et des chercheurs du laboratoire Rathgen de Berlin, sont une analyse du vieillissement du parchemin et des dégats mécaniques, des pigments, des dessins préliminaires et des instructions pour les enlumineurs. Les historiens de l’art font des recherches sur la méthode et la répartition du travail ainsi que l’iconographie des enluminures. Enfin, les historiens culturels se sont penchés sur le contexte historique. Les résultats de ces recherches seront présentés pendant l’exposition en 2018, dans le catalogue d’exposition et lors d’un congrès scientifique. En réparation à l’exposition, la restauration de ce trésor unique a débuté en février 2018 à Berlin. L’exposition : Moi, Marie de Gueldre a été rendue possible grâce au soutien de la Bibliothèque de Berlin, la province Gelderland, la ville de Nimègue, la loterie BankGiro, la fondation artistique Ernst von Siemens, la fondation Mondrian, le Fonds culturel du Prince Bernhard, la fondation Art, Books and Collections, Fonds 21, la fondation Turing et un financement participatif.

Note pour la rédaction:

Pour toute information complémentaire et document visuel, prière de contacter :

Musée du Valkhof : Heidi Vandamme, conseillère marketing Moi, Marie de Gueldre

h.vandamme@museumhetvalkhof.nl, M +31 (0)6 295 32 686.

Pour plus d’informations en ligne sur les recherches et le livre de prières : www.ru.nl/maryofguelders

Thèmes


Pour en savoir plus, adressez-vous à Presse & RP Belgique & Luxembourg :

Esther Rijke, tél. 02/ 543 08 05, erijke@holland.com (non destiné à être publié)

Pour des infos publiques générales : www.holland.com

Contacts presse

Esther Rijke

Esther Rijke

Contact presse PRESS & PR Manager Belgium 0032 2 543 08 05

Contenus similaires

Office néerlandais du Tourisme & des Congrès
Bruxelles
Belgique
Visiter nos autres Newsroom