Skip to main content

CGSP AMIO : le personnel des établissements pénitentiaires ne mérite pas d’être traité comme des « PARIAS »

Communiqué de presse   •   mar 18, 2020 12:06 CET

Camarades,

On vous demande de travailler

On vous demande de prendre des précautions

On vous demande de la solidarité

MAIS depuis le début de la pandémie, notre ministre de la Justice, ainsi que la direction Générale des EPI restent sourds à nos interrogations et nos demandes très légitimes dans le contexte actuel. Pires, ils ne s’inquiètent nullement de nos conditions de travail et ignorent totalement la circulaire concernant les mesures fédérales qui sont contradictoires avec celles de la DG des EPI.

Nous avons à plusieurs reprises interpellé l’autorité dans le cadre du matériel de protection en suffisance (gel- gants-savons- masques) et ce afin de respecter les consignes d’hygiène décrétées par le SPF Santé Publique mais, force de constater que nos demandes sont restées sans réponses. Cela témoigne une fois de plus du manque respect envers le personnel.

Pour la CGSP, c’est inacceptable, nous sommes conscients du contexte, il faut être solidaire, se serrer les coudes et le personnel fait tout son possible pour assurer la sécurité des établissements et des citoyens. Une fois de plus nous ne pouvons que constater le mépris et le manque de considération du ministre de la Justice et de la direction générale des EPI envers l’ensemble du personnel des EPI.

NON, le personnel des établissements pénitentiaires ne mérite pas d’être traité comme des « PARIAS » et la CGSP à ce jour exige le respect de « VOS DROITS, VOTRE SECURITE AINSI QUE CELLE DES DETENUS.


L’IRW CGSP inscrit son action syndicale dans la double volonté d’œuvrer quotidiennement tant à l’amélioration directe des conditions de vie des travailleurs, avec ou sans emploi, qu’à la réalisation de son projet de transformation sociale.

Le syndicalisme est un outil essentiel pour assurer l’émancipation sociale de l’ensemble de la population et plus particulièrement des travailleurs. Pour ce faire, l’organisation syndicale se doit de former ses affiliés et d’informer l’ensemble des travailleurs. Le syndicalisme doit être un outil d’analyse, de revendications et de combat.

Pièces jointes

Document PDF

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Commentaire

By submitting the comment you agree that your personal data will be processed according to Mynewsdesk's Privacy Policy.