Skip to main content

Le gouvernement de la communauté française ne sera plus responsable en tant que pouvoir organisateur du réseau WBE. Faut-il s'en réjouir ?

Communiqué de presse   •   fév 11, 2019 10:31 CET

La création d’une structure autonome pour le réseau WBE provoque l’euphorie générale aussi bien du côté des réseaux que du monde politique.

Nous pouvons comprendre que les réseaux subventionnés se réjouissent de voir un réseau concurrent placé institutionnellement à même distance du pouvoir politique. Ils pourront (comme ils le font déjà aujourd’hui) exiger une augmentation de leurs subventions afin d’être mis sur un pied d’égalité.

Quant au monde politique, nous avons assisté à un vaste marchandage présageant déjà des alliances politiques au-delà du 26 mai 2019. La volteface du MR est exemplaire à ce sujet.

Pour la CGSP-Enseignement, une question fondamentale reste sans réponse : en quoi le nouvel organisme public chargé de la fonction de pouvoir organisateur du réseau WBE va-t-il améliorer le fonctionnement de ce réseau ?

Lorsque des problèmes de gestion des personnels se produisent, qui la CGSP-Enseignement pourra-t-elle interpeller ?

Qui sera l’interlocuteur ? Le Conseil WBE ?

Comment ce conseil, composé d’administrateurs appartenant à des réseaux concurrents, va-t-il pouvoir défendre le réseau dans ce marché scolaire que subit le système éducatif en Fédération Wallonie-Bruxelles ?

Cet organe de gestion qui va pouvoir proposer des modifications aux statuts des enseignants du réseau contient en son sein un représentant des organisations de parents et un représentant des étudiants mais aucun représentant des organisations syndicales.

L’enseignement supérieur dans le réseau WBE sera régi par un collège réuni de l’enseignement supérieur composé des directeurs-présidents des Hautes Ecoles et des directeurs des Ecoles supérieures des Arts. Ces directeurs désigneront et nommeront les enseignants qui seront leurs futurs électeurs. Comme modèle de gouvernance, on peut mieux faire !

La CGSP-Enseignement est favorable à une séparation entre Pouvoirs organisateurs et Pouvoirs régulateurs dans le réseau WBE mais pas de la manière dont l’organise le décret voté au Parlement ce mercredi 6 février.

Des arrêts de travail seront organisés dans les écoles durant la semaine du 18 au 23 février afin d’informer nos affiliés sur le contenu du décret et de leur faire part de nos inquiétudes.

Le syndicalisme est un outil essentiel pour assurer l’émancipation sociale de l’ensemble de la population et plus particulièrement des travailleurs. Pour ce faire, l’organisation syndicale se doit de former ses affiliés et d’informer l’ensemble des travailleurs. Le syndicalisme doit être un outil d’analyse, de revendications et de combat.

L’IRW CGSP inscrit son action syndicale dans la double volonté d’œuvrer quotidiennement tant à l’amélioration directe des conditions de vie des travailleurs, avec ou sans emploi, qu’à la réalisation de son projet de transformation sociale.

Pièces jointes

Document Word

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Commentaire

By submitting the comment you agree that your personal data will be processed according to Mynewsdesk's Privacy Policy.