Skip to main content

Marc Lambotte : "Les dégâts à la réputation plus importants que les dégâts en euros"

Communiqué de presse   •   fév 13, 2019 17:44 CET

Cette nouvelle grève nationale entame énormément la réputation de la Belgique, avertit le CEO d'Agoria, Marc Lambotte. "Nous avons, dans les quartiers généraux des grandes entreprises internationales, la réputation d'être un pays où l'on fait tout le temps grève, un pays non fiable pour investir", déplore le patron de la fédération de l'industrie technologique.

Un tour d'horizon réalisé par Agoria auprès d'une centaine de grandes entreprises révèle que 70% d'entre elles subiront une perte de production de moitié en raison de la grève. Et 40% signalent une perte de production totale.

La grève aura d'importantes conséquences négatives d'un point de vue économique. "Mais les dégâts en matière de réputation sont beaucoup plus grands que les dégâts en euros", prévient Marc Lambotte. "Ici en Belgique, il y a en permanence quelqu'un qui fait grève", se lamente le patron d'Agoria, jugeant que ce problème est sous-estimé.

Cette mauvaise réputation affublée à la Belgique dissuade des entreprises d'investir dans notre pays, selon Agoria. "Nous n'en sentirons l'effet que dans quelques années". Marc Lambotte dit avoir connaissance d'importants investissements qui nous seraient passés sous le nez car les investisseurs potentiels avaient peur des grèves en Belgique.

« La table des négociations est encore dressée »

Le patron d'Agoria lance dès lors un appel à une reprise aussi vite que possible de la concertation, "dans l'intérêt des 180.000 travailleurs de l’industrie manufacturière. Nous devons constater que le modèle de concertation sociale actuel ne fonctionne plus. Mais il n’est pas encore trop tard, la table des négociations est encore dressée », souligne Marc Lambotte. Nous n’irons de l’avant que si nous surmontons et résolvons ensemble nos désaccords, dans l’intérêt de notre prospérité et de notre bien-être. »

Et à cet égard, il convient de se fonder sur les bons chiffres. La loi sur la norme salariale doit être adaptée selon les syndicats de sorte que des négociations libres soient possibles et que des augmentations salariales de plus de 0,8 pour cent soient possibles. Mais il ne s’agit pas de 0,8 pour cent, mais bien de 4,6 pour cent, car l’indexation automatique s’élève à 3,8 pour cent. Il faut tout prendre en compte », estime Lambotte.

Lambotte : « Fin 2019, le secteur technologique occupera 310 841 personnes, selon les estimations. Ce sont près de 15 000 de plus qu’au début de la législature en 2014, alors que seulement 10 000 emplois supplémentaires avaient été promis ou estimés. »

Agoria, c'est l'évolution par la technologie. Nous ouvrons la voie à toutes les entreprises de Belgique que la technologie inspire et qui veulent contribuer au progrès dans le monde grâce au développement ou à la mise en œuvre d'innovations. Nous sommes fiers que plus de 1.700 entreprises membres, représentant environ 300.000 travailleurs au total, s'appuient sur les trois piliers de nos services : conseils, business development et création d'un climat d'entreprise optimal.

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Commentaire

By submitting the comment you agree that your personal data will be processed according to Mynewsdesk's Privacy Policy.