Skip to main content

Un nouveau projet européen pourrait perturber le commerce électronique et compliquer la vie des consommateurs en ligne

Communiqué de presse   •   nov 23, 2016 16:51 CET

  • Menace sur le paiement en ligne rapide, qui représente près de la moitié du commerce électronique aujourd’hui
  • 61% des consommateurs européens affirment que des étapes supplémentaires lors du paiement les amèneraient à abandonner leurs achats
  • La réduction de l’accès aux sites marchands non-européens pourrait affecter environ 6 milliards d’euros de transactions
  • Un coup de frein porté à l’innovation dans le domaine du e-commerce et du m-commerce en France

Paris, 23 novembre 2016. Visa tire la sonnette d’alarme pour avertir qu’un nouveau projet de réglementation européenne sur le commerce électronique pourrait sérieusement perturber l’activité commerciale en ligne et compliquer la vie des consommateurs.

L’Autorité bancaire européenne (ABE) a présenté des propositions pour la mise en œuvre de ce qu’on appelle la strong customer authentication (SCA), ou authentification forte du client. Ce projet, adoptant une approche indifférenciée pour toutes les situations de paiement, propose que toute transaction en ligne au-delà de 10 euros requière des étapes supplémentaires d’authentification lors du passage en caisse, comme la saisie de mots de passe, de codes, voire l’utilisation d’un lecteur de cartes.

Une enquête effectuée dans cinq pays européens [1] pour le compte de Visa montre l’effet néfaste potentiel de ces évolutions.

En pratique, les propositions impliqueraient :

  • La fin du passage en caisse rapide. Les mesures proposées mettraient fin au paiement en un clic, même auprès de sites marchands régulièrement fréquentés par le consommateur. De même, les paiements rapides « in-app », au moyen d’applications où le consommateur a choisi de stocker les données de sa carte bancaire, seraient impossibles. Cela concernerait potentiellement 6,6 millions de Français qui ont déjà effectué un achat depuis leur mobile [2].Visa estime que la moitié du commerce électronique grand public européen serait affecté. L’enquête montre que près des deux tiers (61%) des consommateurs abandonneraient des achats si des étapes supplémentaires étaient ajoutées au processus de paiement en ligne.
  • L’accès restreint à l’achat sur des sites non-européens. Le projet obligerait les sites marchands internationaux à se conformer aux nouvelles règles européennes, faute de quoi les paiements seraient automatiquement refusés. Visa estime que plus de 6 milliards d’euros de paiements pourraient être concernés, soit les deux tiers du total des transactions européennes sur des sites de pays tiers. L’enquête montre que 51% des Européens achètent actuellement en ligne auprès de distributeurs situés en dehors de l’UE.

    Une attente plus longue et des problèmes d’utilisation de cartes dans des lieux, comme les péages ou les parkings, où les codes PIN ne sont pas actuellement requis. En France, ceci concernerait plus de 500 millions de déplacements par an [3].

    Un coup de frein aux nouveaux usages de consommation déjà entrés dans le quotidien des Français, comme les sites de l’économie collaborative et qui proposent des solutions de paiement simplifié. En France, le m-commerce représentait en 2015 un chiffre d’affaires de 6,4 milliards d’euros [4] (en hausse de 40% en un an) et la complexification des achats depuis son mobile affecterait clairement cette dynamique.

    Gérard Nébouy, Regional Managing Director France, Visa, note : « Ce nouveau projet menace sérieusement de perturber notre manière d’acheter en ligne. Les mesures proposées créeront divers obstacles et désagréments, y compris davantage de transactions refusées et des parcours d’achat plus longs et compliqués, avec peu ou pas d’avantages pour les consommateurs. »

    « Nous sommes entièrement dédiés à la sécurité des transactions. Toutefois, la gestion du paiement est toujours un exercice d’équilibre entre la sécurité et la commodité. L’approche indifférenciée proposée aujourd’hui va trop loin dans une direction unique, limitant la possibilité des consommateurs d’acheter partout, à tout moment et depuis l’appareil de leur choix. Ceci irriterait les consommateurs et réduirait la capacité des commerçants à vendre leurs biens et services. »

    « Le commerce électronique est un symbole de réussite européenne alors même que l’économie est en berne. Cette initiative menace de ralentir la croissance et de réduire la compétitivité des entreprises européennes face à leurs concurrents partout dans le monde. »

    L’EBA publiera son projet final le 12 janvier 2017. Ces standards répondent aux exigences de la Directive européenne sur les services de paiement (PSD2), qui rend obligatoire l’authentification forte du client (SCA) pour tous les paiements électroniques.

    Gérard Nébouy ajoute : « Aucune preuve solide ne permet d’affirmer que tous ces désagréments et perturbations se traduiraient réellement par une réduction de la fraude. Nous avons aujourd’hui mis en place un système qui fonctionne, par une approche que nous appelons « l’authentification basée sur les risques ». Celle-ci permet d’évaluer le niveau de risque de chaque transaction, prenant en compte des éléments comme l’appareil utilisé et les habitudes d’achat. »

    « Aujourd’hui, la fraude sur les cartes Visa est faible, limitée à 5 centimes pour 100 euros dépensés. Dans tous les cas, les consommateurs sont protégés des aléas de la fraude : le risque est pris par les commerçants et les banques qui, avec Visa, ont déjà mis en place diverses mesures de sécurité pour prévenir les achats en ligne frauduleux. Ces dispositions simplifient et fluidifient le parcours d’achat. C’est ce que le consommateur d’aujourd’hui attend. »

    Pour en savoir plus sur la réponse de Visa à l’ABE, consultez https://www.visaeurope.com/about-us/policy-and-regulation/

    Chiffres clés 2015 sur le e-commerce et le m-commerce en France [5]

    -35,5 millions de Français achètent en ligne et 6,6 millions de Français ont déjà effectué un achat à partir de leur mobile

    -55% des Français achètent sur Internet au moins une fois par mois

    -46% des cyberacheteurs français ont déjà acheté sur des sites à l’étranger (41% sur un site d’un pays européen et 34% sur un site hors Europe)

    -Montant moyen d’une transaction en ligne : 78€ (en baisse de 4,5% par rapport à 2014)

    -La France au 2e rang européen et 5e rang mondial du e-commerce :

    -Chiffre d’affaires : 64,9 milliards d’euros pour le e-commerce – depuis un ordinateur (+14% par rapport à 2014) et 6,4 milliards d’euros pour le m-commerce – depuis une tablette ou un Smartphone (+40% par rapport à 2014)

    -182 000 sites marchands actifs (+16% en un an), avec dans le Top 5 des sites e-commerce les plus visités en France : Amazon, CDiscount, Fnac, eBay et Voyage SNCF

    -50% des acteurs de la vente en ligne implantés en France reçoivent des commandes de clients localisés à l’étranger

    [1] L’institut de sondage Populus a interrogé en ligne 5 136 adultes de plus de 18 ans, en France (1 011 personnes), en Allemagne (1 004), en Italie (1 016), en Espagne (1 009) et au Royaume-Uni (1 096), du 2 au 7 novembre 2016.

    [2] Source FEVAD – chiffres clés 2015: http://www.fevad.com/les-chiffres-cles-cartographie-du-e-commerce-en-2016/

    [3] 545 millions de transactions ont été effectuées par carte en un an, selon le rapport annuel 2015 d’Autoroutes de France http://www.autoroutes.fr/FCKeditor/UserFiles/File/Chiffres%20clés%20ASFA%202016%20BD.pdf

    [4] Source FEVAD – chiffres clés 2015: http://www.fevad.com/les-chiffres-cles-cartographie-du-e-commerce-en-2016/

    [5] Source : chiffres clés 2015 et résultats d’enquêtes 2016 CSA et Médiamétrie// Netratings réalisées par la FEVAD sur les cyber-acheteurs: http://www.fevad.com/les-chiffres-cles-cartographie-du-e-commerce-en-2016/

    À propos de Visa Inc.

    Visa Inc. (NYSE : V), entreprise mondiale des technologies de paiement, apporte des solutions électroniques rapides, sécurisées et fiables aux consommateurs, entreprises, institutions financières et autorités publiques dans plus de 200 pays. Le réseau de traitement VisaNet est l’un des plus performants du monde, capable de traiter plus de 65 000 transactions par seconde, avec une protection efficace des consommateurs contre la fraude et l’assurance du paiement pour les commerçants. Visa n’est pas une banque, n’émet pas de cartes, ne fournit pas de crédit et ne fixe pas de taux ou de frais pour les consommateurs. Les innovations de Visa permettent toutefois à ses clients, les institutions financières, d’offrir davantage de choix aux consommateurs : paiement immédiat avec le débit, paiement anticipé avec le prépayé, et paiement différé avec les produits de crédit. Pour en savoir plus, consultez notre site internet (www.visaeurope.com), le blog Visa Vision (www.vision.visaeurope.com) et @VisaEuropeNews 

    Pièces jointes

    Document PDF

    Commentaires (0)

    Ajouter un commentaire

    Commentaire